Fermeture des frontières et partage du réseau

La réalité virtuelle a pris un tout nouveau sens en 2020. Les réunions en personne ont été interrompues et l’intégration des outils de communication en ligne s’est accélérée. En tant que service essentiel, suspendre la distribution d’électricité n’était pas une option.

Lors d’une récente réunion virtuelle de la North American Electric Reliability Corporation (NERC), l’organisation responsable de définir les normes de l’industrie de l’électricité qui contribuent à maintenir la fiabilité du réseau, le président-directeur général de l’ACÉ, Francis Bradley, a déclaré ce qui suit :

« Bien que la frontière canado-américaine et de nombreuses autres soient restées fermées tout au long de la pandémie, nous avons continué à assurer une distribution fiable de l’électricité et les relations qui ont favorisé la fiabilité et la résilience de notre réseau partagé sont restées solides. »

Cette déclaration n’a jamais été aussi importante.

Les Canadiens et les Américains partagent un réseau électrique hautement intégré et une relation commerciale solide en matière d’électricité, grâce à plus de 35 lignes de transport d’électricité transfrontalières. De plus, cette relation commerciale et cette intégration profitent tant aux Canadiens qu’aux Américains.

Ce réseau assure une électricité fiable, résiliente et durable pour alimenter les maisons et les entreprises canadiennes et américaines, ainsi que toutes les autres infrastructures essentielles, comme les hôpitaux et les installations de technologies de la communication, qui nous aident à rester en sécurité, en contact et en santé. Tout au long de la pandémie, l’électricité a permis à nos héros du corps médical en première ligne de continuer à travailler, en plus d’assurer la tenue d’innombrables réunions Zoom, la mise en place des salles de classe virtuelles et le maintien du contact entre les familles et les amis du monde entier grâce à des discussions vidéo.

La relation transfrontalière en matière d’électricité favorise également un réseau plus propre et plus résilient. L’électricité canadienne durable et fiable, comme l’hydroélectricité, qui englobe 60 % de la production d’électricité du Canada, peut être jumelée à des ressources éoliennes et solaires variables aux États-Unis, par exemple. Ce jumelage peut contribuer à garantir des opérations plus fiables et une énergie propre des deux côtés de la frontière.

Dans l’ensemble, cette relation commerciale et cette intégration constituent le fondement d’une relation hautement positive et mutuellement bénéfique en matière d’électricité entre le Canada et les États-Unis.

Du fait de cette intégration, les secteurs canadien et américain de l’électricité collaborent dans tous les domaines, de la fiabilité du réseau par l’entremise de forums tels que la North American Electric Reliability Corporation, à l’adaptation aux nouvelles technologies pour aider les clients, à la protection permanente du réseau contre les menaces cybernétiques et physiques en constante évolution, grâce à des forums tels que l’Electricity Subsector Coordinating Council (ESCC).

Nous nous entraidons également en cas de besoin. Les entreprises canadiennes et américaines participent souvent à l’entraide transfrontalière, s’aidant mutuellement à rétablir l’électricité aux clients plus rapidement et en toute sécurité à la suite de grandes tempêtes, de feux de forêt et d’autres catastrophes.

Grâce à ces relations, davantage de personnes travaillent ensemble sur les défis et opportunités complexes engendrés par les technologies avancées, sur le changement climatique, les événements météorologiques extrêmes, les nouvelles menaces pour la sécurité et la nécessité de continuer à fournir une électricité encore plus sûre, plus durable et plus fiable aux clients.

Cette tradition de coopération transfrontalière a été très utile aux secteurs canadien et américain de l’électricité, ainsi qu’aux clients qu’ils desservent, pendant la pandémie de COVID-19. J’ai souvent dit que j’avais été impressionnée, mais pas du tout surprise, par la façon dont les secteurs canadien et américain de l’électricité ont collaboré pour relever les défis sans précédent liés à la COVID-19.

Bien que les réunions en personne soient devenues impossibles en raison de la pandémie, la coopération ne s’est pas arrêtée. Les secteurs canadien et américain de l’électricité ont travaillé ensemble pour relever les défis liés à la pandémie grâce aux innombrables appels de l’Electricity Subsector Coordinating Council, au partage d’information sur les pratiques exemplaires et à une approche créative en matière de résolution de problèmes, aux mesures de soutien prises par les organismes de réglementation et au travail dévoué des gouvernements des deux côtés de la frontière. Dans certains cas, nous avons même trouvé des moyens plus efficaces encore de faire les choses.

Dans l’ensemble, nous nous sommes bien habitués à vivre avec l’incertitude au cours des derniers mois, ce qui, nous pouvons tous l’admettre, est stressant. Cela dit, une chose sur laquelle nous pouvons compter en ces temps incertains, c’est la relation durable entre le Canada et les États-Unis en matière d’électricité et l’engagement du secteur électrique des deux côtés de la frontière à fournir un service essentiel aux clients qu’ils desservent et à garantir leur sécurité.